COMPTE RENDU CGT CARREFOUR HYPERS SAS - 3ème RÉUNION DE « NÉGOCIATIONS » SUR L’OUVERTURE

 

Une délégation de la coordination CGT HYPERMARCHÉS s'est rendu ce lundi 13 novembre 2017 à Massy au siège de l'entreprise pour ce qui semble être la dernière réunion de « pseudo négociations » sur l'accord-cadre pour le travail du dimanche.

 

La CGT, tout au long de ces trois réunions, a réaffirmé son opposition formelle à voir disparaître ce jour de repos commun destiné au « vivre ensemble » dans le cadre d'une société par ailleurs de plus en plus individualisée.

 

La direction a exposé devant l'ensemble des organisations syndicales son dernier projet d'accord en l’état (voir en annexe)

 

Durant cette dernière réunion et après avoir communiqué longuement depuis 2016 sur les objections des travailleurs majoritairement opposés à ce recul social, la CGT s'est inscrite dans cette prétendue dernière « négociation » dans une démarche de « superviser » les irrégularités juridiques et sociales que la direction et ses futurs signataires entendaient inscrire dans cet « accord cadre » qui renverra à la négociation magasin par magasin (dans le cadre des limites fixées par cet accord national.)

 

La CGT rappelle donc aux travailleurs que c'est bien localement et avec leurs délégués en magasin qu'ils pourront peser sur l'autorisation d'ouverture ou pas.. Charge à chacune et chacun d'entre nous en fonction de ses opinions sur cette question d'élire les meilleurs représentants possibles afin de les défendre...

 

La direction a terminé cette négociation en proposant une majoration des quelques heures effectuées les dimanches matin à 100 %, établi des « objectifs d'embauche » dont on sait depuis 2013 qu’ils ne sont pas forcément fixés pour être atteints et « assure » un prétendu réel volontariat dans des conditions que la CGT qualifie d’artificielles.

 

Par ailleurs, la CGT a également soulevé la désorganisation du travail que les ouvertures des magasins les dimanches entraînera sur les autres jours de la semaine (notamment les samedis après midi, lundi matin..)

 

La CGT appelle en conséquence l'ensemble des salariés à faire pression sur les organisations syndicales pour établir le rapport de force nécessaire qui empêchera les plus précaires d’entre nous à devoir accepter un volontariat contraint ou d'empêcher la jeunesse de notre pays a devoir se soumettre à une incertitude contractuelle grandissante sous peine de ne pouvoir poursuivre leurs scolarités, payer leurs crédits faute de bourses d'études dignes de ce nom !

 

La direction entend ouvrir la signature son projet d'accord dès la fin du mois de novembre pour pouvoir procéder aux phases d'information et de consultation avant la fin de l'année dans les 30 premiers magasins dont la liste vous a été communiquée précédemment.

 

Chaque salarié est donc désormais maître de son destin dans chaque établissement ou cette question de la suppression du jour de repos commun pour le vivre ensemble va être posée.

 

 

La CGT, fidèle à ses valeurs, sera au côté de celles et ceux qui s’organisent

pour tenter d’empêcher ce nouveau recul social qui impactera nos vies familiales,

amicales ou sociétale…D’aujourd’hui comme de demain !

Please reload